Ottawa (Ontario) – Un rapport publié aujourd’hui par la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) permettra aux décideurs, aux administrateurs des soins de santé et aux représentants élus de prendre des décisions éclairées sur la meilleure façon d’investir les dollars réservés à la santé mentale.

Le rapport Faire valoir les arguments en faveur des investissements dans le système de santé mentale du Canada à l’aide de considérations économiques tombe à point, car la santé mentale est une priorité du prochain accord sur la santé et les gouvernements auront l’occasion de consacrer de nouveaux fonds en santé mentale. Il présente des exemples d’investissements en santé mentale fondés sur des données probantes qui entraînent des résultats optimaux en plus d’offrir aux gouvernements la meilleure probabilité de recouvrer leurs dépenses à l'avenir.

Chaque année au Canada, une personne sur cinq est aux prises avec une maladie ou un problème associé à la santé mentale. « L’argent que nous consacrons aujourd’hui à la santé mentale doit être perçu comme un investissement dans la richesse mentale de la population du Canada et non pas comme un fardeau pour les fonds publics, soutient Louise Bradley, présidente-directrice générale de la CSMC. Nous savons que nous ne répondons pas aux besoins en santé mentale d'environ 1,6 million de personnes au Canada. »

En tant que société, si nous continuons d’ignorer ces besoins, nous payerons le prix fort. Il en coûte plus de 50 milliards de dollars par année pour maintenir le statu quo et la facture ne cesse de grimper. Cela dit, le rapport montre que l’utilisation judicieuse des fonds publics au bon endroit permet d’améliorer la santé mentale. Il appuie trois grands domaines d’intervention, soit la prévention et la promotion, les services communautaires pour les maladies mentales courantes ainsi que les services spécialisés pour les personnes ayant une maladie mentale grave.

« La plupart des maladies et des problèmes associés à la santé mentale se traitent à peu de frais, souvent par des interventions de courte durée, explique Mme Bradley. Par exemple, chaque dollar dépensé pour offrir des psychothérapies à plus de gens entraîne des économies de 2 $, en plus d’améliorer la qualité de vie des personnes qui en bénéficient.

Les plus grands avantages proviennent des investissements dans la prévention et l’intervention hâtive, surtout chez les jeunes. Ce sont les adultes de 20 à 29 ans, au moment où ils terminent leurs études et entreprennent leurs carrières, qui sont les plus touchés par les maladies et les problèmes associés à la santé mentale. En investissant pendant la jeunesse, il est possible d'économiser presque 25 p. 100 en services publics par personne. Par exemple, 3 $ investis dans le programme d’intervention communautaire de longue date Partir d'un bon pas pour un avenir meilleur en Ontario se traduit par les économies de 4 $ pour le trésor public.

« Voilà une occasion unique de réduire l'écart entre les dépenses consacrées à la santé mentale et la santé physique, affirme l’hon. Michael Wilson, président du conseil d'administration de la CSMC. L’engagement du gouvernement fédéral est prometteur. Il existe des stratégies qui vont dans le même sens que ce rapport à l'échelle nationale, provinciale et territoriale.  Les gouvernements sont prêts à accélérer la cadence pour passer de la planification à l'action. »

Dans une lettre ouverte également publiée aujourd’hui, Mme Bradley et M. Wilson incitent les ministres de la Santé à utiliser le rapport Faire valoir les arguments en faveur des investissements dans le système de santé mentale du Canada à l’aide de considérations économiques pour guider leurs décisions à savoir où allouer les dollars en santé mentale.

Citation à l’appui :

Ce rapport rassemble d’importants renseignements en provenance d’études canadiennes récentes qui ont été diffusées à grande échelle sur la politique et les coûts associés à la santé mentale, en plus de présenter l’information d’une façon intégrée, concise et conviviale.

Phil Jacobs, Ph.D., CMA, directeur de la collaboration en recherche, Institute of Health Economics, Alberta

« Le rapport Faire valoir les arguments en faveur des investissements dans le système de santé mentale du Canada à l’aide de considérations économiques montre que nous devons nous concentrer sur les objectifs établis dans la Stratégie de santé mentale de 2012 de la CSMC [Changer les orientations, changer des vies: Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada] pour faire passer à 9 p. 100 la part des dépenses consacrées à la santé mentale. Les 5 milliards de dollars offerts par le gouvernement fédéral dans l’accord sur la santé permettront aux provinces de se rapprocher de ce but. Ce rapport montre que les investissements qui améliorent la vie et l’état de santé de la population sont également rentables.»

— Steve Lurie, directeur exécutif de la filiale de Toronto de l’Association canadienne pour la santé mentale

Liens connexes :

Document d’information et faits en bref

Joignez-vous à la conversation : #investissementSM


À PROPOS DE LA COMMISSION DE LA SANTÉ MENTALE DU CANADA

La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des centaines de partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. Ensemble, nous suscitons le changement. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada.

 www.commissionsantementale.ca | strategie.commissionsantementale.ca

Personne-ressource pour les médias :

Hélène Côté, conseillère principale, marketing et communications
Commission de la santé mentale du Canada
Bureau : 613.683.3952
Cellulaire : 613.857.0840
hcote@commissionsantementale.ca

            

Abonnez-vous à notre infolettre
Les vues exprimées aux présentes sont celles de la Commission de la santé mentale du Canada.
La production de ce document a été rendue possible grâce à la contribution financière de Santé Canada.