L’honorable Jane Philpott, C.P., députée, Ministre de la Santé
L’honorable Brandy Payne, Ministre associée de la Santé de l’Alberta
L’honorable Terry Lake, Ministre de la Santé de la Colombie-Britannique
L’honorable Kelvin Goertzen, Ministre de la Santé, Aînés et Vie active du Manitoba
L’honorable Victor Boudreau, Ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick
L’honorable Dr. John Haggie, Ministre de la Santé et des Services communautaires de Terre-Neuve et du Labrador
L’honorable Glen Abernethy, Ministre de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest
L’honorable Leo Glavine, Ministre de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse
L’honorable George Hickes, Ministre de la Santé du Nunavut
L’honorable Eric Hoskins, Ministre de la Santé de l’Ontario et
L’honorable Robert Henderson, Ministre de la Santé du Bien-être de l’Île-du-Prince-Édouard
Docteur Gaétan Barrette, Ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec
L’honorable Jim Reiter, Ministre de la Santé de la Saskatchewan
L’honorable Pauline Frost, Ministre de la Santé et des Services sociaux du Yukon

 

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Nous sommes encouragés par l’occasion  unique qu’offre le processus entourant l’accord sur la santé et de l'engagement du gouvernement fédéral à investir dans le système de santé mentale pour la première fois depuis des décennies. Prioriser le bien-être mental des Canadiens nous aidera à faire face aux coûts économiques croissants évalués à 50 milliards de dollars que représentent les maladies et les problèmes associés à la santé mentale au Canada.

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), reposant sur des données probantes, fait ressortir l’importance d’investir de façon judicieuse dans les traitements afin d’aider tous les ordres de gouvernement à améliorer l'état de santé de la population tout en économisant l’argent des contribuables.

Faire valoir les arguments en faveur des investissements dans le système de santé mentale du Canada à l’aide de considérations économiques vient mettre à jour les travaux publiés par la CSMC en 2013, lesquels formulaient des arguments économiques convaincants pour appuyer des investissements en santé mentale. La CSMC est allée encore plus loin cette fois-ci en examinant précisément où les investissements ont l’impact le plus important afin d’aider les gouvernements à recouvrer leurs dépenses à long terme. 

Les exemples mentionnés dans ce rapport ne sont que des suggestions. Ils montrent que des investissements efficaces peuvent être adaptés aux besoins précis des populations en matière de prévention, de promotion et de services communautaires.  En investissant de façon stratégique les nouveaux dollars consacrés à la santé mentale, nous pouvons  réaliser des économies pendant toute une vie. En effet, bon nombre de maladies et de problèmes associés à la santé mentale apparaissent à l'enfance. Ils sont généralement légers à modérés et exigent des interventions relativement peu dispendieuses qui rapportent à long terme.

Par exemple, le programme Partir d'un bon pas pour un avenir meilleur en Ontario permet au système de soins de santé d'économiser près de 25 % en services publics par personne. Ces économies sont attribuables à un nombre réduit de visites chez le médecin ainsi qu’à une baisse des coûts d’assistance sociale et d'éducation. Nous savons par ailleurs qu’en rendant les psychothérapies accessibles à un plus grand nombre de gens, à long terme, nous pouvons économiser deux dollars pour chaque dollar dépensé.

Les équipes communautaires d’intervention rapide sont un autre exemple d’investissement judicieux. Elles peuvent intervenir avec succès auprès de jeunes ayant des pensées suicidaires pour environ la moitié de ce qu’il en coûte de les traiter dans un hôpital.

Ce rapport important vient s’ajouter  aux travaux importants qui appuient la mise en œuvre de différentes stratégies sur la santé mentale et les dépendances à l'échelle provinciale, territoriale et nationale. Des interventions simples et immédiates dans la communauté permettent souvent d'éviter des dépenses sur plusieurs décennies à l'avenir. En fait, seul un petit pourcentage de personnes aux prises avec de graves maladies mentales ont besoin de soins très spécialisés ou intensifs.

Ensemble, nous pouvons amorcer un processus à long terme pour créer un avenir meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants.  Nous pouvons financer des services et des mesures de soutien qui viendront freiner la hausse des coûts associés aux maladies mentales tout en favorisant une meilleure santé.

À titre d’ancien ministre des Finances et d’ancienne administratrice d’hôpital, respectivement, mon coauteur et moi savons que les décisions budgétaires doivent être prises avec les meilleures intentions et en fonction des meilleurs renseignements disponibles. Nous espérons que ce nouveau rapport viendra éclairer vos décisions et, dans certains cas, réaffirmer vos choix.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à ce rapport, nous vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les Ministres, nos salutations les plus disting

Louise Bradley,
Présidente-directrice générale
Commission de la santé mentale du Canada

L’honorable Michael Wilson, P.C., C.C.,        
Chair,
Président du Conseil d’administration

 


À PROPOS DE LA COMMISSION DE LA SANTÉ MENTALE DU CANADA

La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des centaines de partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. Ensemble, nous suscitons le changement. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada.

 www.commissionsantementale.ca | strategie.commissionsantementale.ca

Personne-ressource pour les médias :

Hélène Côté, conseillère principale, marketing et communications
Commission de la santé mentale du Canada
Bureau : 613.683.3952
Cellulaire : 613.857.0840
hcote@commissionsantementale.ca

            

Abonnez-vous à notre infolettre
Les vues exprimées aux présentes sont celles de la Commission de la santé mentale du Canada.
La production de ce document a été rendue possible grâce à la contribution financière de Santé Canada.