Dr. David Wiljer

David Wiljer est un membre de la communauté qui propose des perspectives révolutionnaires et suscite des contributions en matière de politique, de gestion, d’éducation et d’évaluation des services de santé numériques. Il est le directeur général de l’éducation, des technologies et de l’innovation du Réseau universitaire de santé, en plus d’être l’ancien directeur principal de l’éducation transformationnelle et de l'avancement universitaire du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). M. Wiljer est également professeur auxiliaire au département de psychiatrie de la faculté de médecine de l’Institut de la politique, de la gestion et de l’évaluation en matière de santé de l’Université de Toronto. Il est l’ancien président de l’American Association of Cancer Education ainsi que le président fondateur d’un groupe de travail national, le Comité canadien pour les dossiers de santé électroniques accessibles aux patients, qui servait à faire participer les patients au processus de santé électronique. En outre, il a été le premier directeur associé du Centre for Health, Wellness and Cancer Survivorship du Princess Margaret Cancer Program du Réseau universitaire de santé.

Ses travaux sont axés sur l’éducation aux patients et aux professionnels de la santé, particulièrement la participation des patients, l’éducation numérique et l’apprentissage continu. Il détient de l’expérience dans l’élaboration de programmes à grande échelle, les infrastructures, les communautés et les initiatives de recherche auprès des professionnels de la santé, des patients et des familles pour de nouvelles approches en matière d’éducation et de prestation des soins, comme les portails consacrés aux patients afin de leur donner l’accès à leurs dossiers de santé et les approches en matière de réseautage social afin de promouvoir l’autogestion et les autosoins.

 

Eugenia Canas

Directrice de recherche chez MINDS of London-Middlesex, un laboratoire d’innovation sociale qui utilise des approches interdisciplinaires pour s’attaquer au défi complexe consistant à améliorer la santé mentale et le bien-être des jeunes en période de transition. Eugenia coordonne aussi le Centre for Research on Health Equity and Social Inclusion (CRHESI), qui est dirigé par la Faculté des Sciences de la santé de l’Université Western et dédié à la production et à la transposition du savoir, grâce à des partenariats de collaboration entre académies et organismes communautaires. Elle poursuit un doctorat en sciences de l’information sur la santé à l’Université Western. Dans ses recherches, elle utilise des approches essentielles, participatives et ethnographiques pour comprendre les répercussions de la contribution des intervenants des milieux de jeunesse sur la conception et la prestation des services de santé mentale.  Eugenia est engagée dans des activités de collaboration en matière de recherche et de transposition des connaissances, y compris au sein du projet subventionné par les IRSC « Les voix contre la violence :  changements inspirés d’histoires de jeunes » du Health Equity Interdisciplinary Development Initiative de l’Université Western et de l’Institut de formation SPARK de la Commission de la santé mentale du Canada.


Shaleen Jones

Mme Jones a œuvré dans les domaines du soutien par les pairs et de la santé mentale pendant plus de 20 ans. Elle a occupé différents postes de direction auprès d’organismes dirigés par les pairs tels que BC Eating Disorders Association, Laing House et Peer Support Canada. La Mental Health Foundation of Nova Scotia lui a même décerné le prix Inspiring Lives à titre de reconnaissance pour sa contribution au domaine de la santé mentale et elle siège dans le groupe de Conseillers en santé mentale de la ministre de la Santé. En plus de gérer son anxiété, Mme Jones s’est rétablie d’un trouble alimentaire. En tant que mère d’un enfant ayant des problèmes de santé mentale, elle a tiré beaucoup de leçons de ses expériences au sein du système de santé mentale, et ce, dans une perspective différente. Ses expériences l’ont menée à s'engager en faveur d'une réforme du système de santé mentale et à se convaincre du pouvoir du soutien par les pairs. Anciennement directrice générale de Peer Support Canada, Mme Jones travaille maintenant auprès de l'Association canadienne pour la santé mentale.

.