La CSMC est fière de célébrer les champions du domaine de la santé mentale

albert mcleod

Albert McLeod

Patricia Lingley-Pottie

Patricia Lingley-Pottie

Vikram Patel

Vikram Patel

Avec le printemps vient l’annonce des prix pour la défense de la santé mentale au Canada. Et cette année, nous avons beaucoup de raisons de nous réjouir.

« À la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), nous cultivons des relations à long terme avec des intervenants d’envergure. Et c’est l’une de mes plus grandes fiertés,» a affirmé Louise Bradley, présidente et directrice générale de la CSMC. « De voir un si grand nombre de nos partenaires et amis de la communauté être élevés et distingués est quelque chose qui me comble profondément. »

Cette année, nous pouvons compter parmi les champions en santé mentale reconnus par l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale (ACMMSM) plusieurs personnes qui entretiennent des liens étroits avec la CSMC. À titre d'exemple, Albert McLeod, gardien du savoir bispirituel et descendant de la Nation Cree de Nisichawayasihk et de la communauté métisse de Norway House a reçu une distinction pour son travail acharné en matière de défense des droits de la personne depuis une vingtaine d'années. 

« M. McLeod est un membre de confiance et très respecté du groupe consultatif LGBTQ2S+ de la CSMC, » a affirmé Lynette Schick, analyste des politiques et des recherches de la CSMC, qui a proposé la candidature de M. McLeod. « Il a guidé et orienté nos efforts pour l’organisation d’un forum pancanadien sur la création d’espaces de soins de santé plus sécuritaires pour les jeunes membres de la communauté LGBTQ2S+. Son accompagnement était essentiel à la création d’un tel espace accueillant et inclusif – particulièrement pour les participants bispirituels. »

Parmi les champions de l’ACMMSM, soulignons Patricia Lingley-Pottie, Ph. D., une grande amie de la CSMC, qui a été reconnue dans la catégorie Innovation – chercheurs ou cliniciens, à titre de présidente, directrice générale et cofondatrice de l’Institut des familles solides (IFS), un organisme qui fournit des services d'accompagnement à distance à l’aide d’un logiciel de cybersanté privé.

« Mme Lingley-Pottie n’est pas seulement l’esprit brillant derrière les programmes à succès offerts par l’IFS, » a affirmé Mme Bradley avec enthousiasme. « Elle est une militante avec un cœur de lion, une passionnée qui s'efforce de mettre les enfants et les familles sur la bonne voie le plus tôt possible. Lorsqu’elle entre dans une pièce, elle insuffle une énergie qui incite les gens à se lever de leurs chaises, déterminés à se joindre à elle et à militer pour de meilleurs services. »

Mme Bradley était également très heureuse de constater que Stella’s Circle a aussi été distingué. Stella's Circle est un organisme sans but lucratif de sa ville natale, St. John's, qui transforme la vie de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de dépendances en les aidant à surmonter les obstacles liés au logement, à l’emploi et aux services de soutien. « Je dirais, sans la moindre réserve, que mon restaurant préféré à St. John's est le Hungry Heart Café [un restaurant et service de traiteur dirigé par Stella’s Circle, qui embauche des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de dépendances]. Les plats, le service et le personnel sont excellents. Et, de savoir que mon délicieux repas aide une personne dans son parcours de rétablissement est une valeur ajoutée. »

« Tout comme les prix de l’ACMMSM, les Prix Canada Gairdner en santé mondiale John Dirks sont attendus avec impatience. Et le lauréat de cette année le mérite particulièrement, » a indiqué Mme Bradley, en faisant référence à Vikram Patel, Ph. D. « J’ai rencontré ce professeur de Harvard lors de nombreuses occasions, et chaque fois, j’en ressors grandie avec une nouvelle connaissance ou perspective qui fait évoluer ma perception et ma connaissance de la santé mentale. »

Comme André Picard l’a indiqué dans son article du Globe and Mail au sujet de ce chercheur hautement estimé, « au cours de deux décennies, il a réussi à déboulonner le mythe selon lequel la maladie mentale était un phénomène occidental et qui affirmait que les personnes démunies avaient d’autres inquiétudes plus importantes que la santé mentale, comme par exemple la pauvreté, la malaria et le SIDA. »

M. Picard cite M. Patel : « Il s’agit d’un pacte faustien d’affirmer qu’une personne n’aurait pas droit à des soins de santé mentale parce qu’elle se trouve dans une situation difficile sur le plan médical ou social. La maladie mentale peut assurément détruire des vies, au même titre que toute autre condition. »

Une victoire de plus pour la santé mentale au Canada, le Collège canadien des leaders en santé (CCLS) a décerné le Prix d’excellence en amélioration de la qualité des services de santé mentale au Centre des sciences de la santé mentale Ontario Shores.

« Je l’ai affirmé mille fois, je crois véritablement qu’une bonne santé est impossible sans une bonne santé mentale, » a affirmé Mme Bradley. « Voilà pourquoi l’honneur décerné au Centre des sciences de la santé mentale Ontario Shores par le CCLS est significatif. »

À titre de coprésidente du comité des nominations du CCLS, Mme Bradley a indiqué que le choix du lauréat de cette année n’était pas chose facile. « Les travaux extraordinaires réalisés dans ce domaine sont inestimables, » a affirmé Mme Bradley avec enthousiasme. « Après avoir consacré toute ma carrière à la santé mentale, je suis heureuse de constater que l’on accueille à bras ouverts le concept du rétablissement au Centre des sciences de la santé mentale Ontario Shores – et ailleurs. Cela est très inspirant. »