Petit guide hivernal de la CSMC pour soutenir le moral des travailleurs winter_mini_guide_2020

Au Canada, la plupart des gens connaissent trop bien les défis physiques liés au travail pendant l’hiver. De l’habillement à la conduite automobile, il va sans dire que nous devons modifier nos comportements pour nous protéger du froid. Malheureusement, nous accordons rarement le même degré de considération à notre bien-être mental.

Cet hiver, parce que le fardeau mental pourrait être particulièrement lourd en milieu de travail, les employeurs ont intérêt à s’outiller pour être en mesure de soutenir leurs employés et eux-mêmes. 

Une nouvelle ressource pour les employeurs
Le nouveau Petit guide pour faciliter la santé mentale des employés pendant l’hiver de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) offre aux employeurs une feuille de route vers le bien-être durant la saison froide.

« De nombreux dirigeants reconnaissent que cette période de l’année peut être pénible pour les employés. Mais les outils et les ressources existants ne sont pas légion, affirme Liz Horvath, gestionnaire de la Santé mentale en milieu de travail à la CSMC. Pour aider les employeurs à réduire le temps passé à chercher des solutions et à se concentrer sur leur mise en œuvre, nous avons compilé une foule de conseils et de ressources pratiques. »

Notre petit guide pose les bases des recommandations qu’il formule en expliquant les raisons les plus communes des changements d’humeur que nous vivons pendant les mois d’hiver. Pour certains, c’est le manque de lumière alors que d’autres délaissent leurs bonnes habitudes alimentaires ou l’activité physique. Quels que soient les facteurs en jeu, leur effet cumulatif peut faire en sorte que les employés aient plus de mal à se sentir concentrés, mobilisés et productifs, et ce, tant au travail qu’en dehors du travail.

La saison du froid et de la COVID
Cette année peut être particulièrement éprouvante pour les personnes dont l’humeur est généralement maussade en hiver. Certaines difficultés sont propres à la pandémie, comme la nostalgie de la vie pré-COVID, alors que d’autres sont des soucis familiers exacerbés par la situation. click to tweet

« Les travailleurs pourraient être confrontés à l’isolement social, à des pressions financières ou à l’incertitude face à l’avenir, qui sont tous associés à des résultats plus faibles en santé mentale, explique Mme Horvath. Avant la pandémie, les problèmes de santé mentale représentaient environ 30 % des réclamations d’invalidité. Mais avec le fardeau de la COVID-19, il est d’autant plus crucial de placer le bien-être mental au cœur de la culture du milieu de travail. »              

Miser sur la flexibilité
Un thème principal qui revient dans les recommandations du guide a trait à la flexibilité, qui, comme le souligne Mme Horvath, doit être personnalisée pour réduire efficacement le stress. « Il est essentiel que les employeurs établissent avec chaque personne ce que la flexibilité signifie pour elle », poursuit-elle, ajoutant que même dans les domaines où les solutions sont plus limitées, les employeurs peuvent néanmoins prendre des mesures pour s’assurer que les employés ont suffisamment de temps pour se reposer et que des mesures de clémence leur soient offertes dans la mesure du possible.

Le guide contient plusieurs suggestions pour aider les employeurs à faire preuve de plus de flexibilité. Il recommande, par exemple, de permettre aux travailleurs de modifier leur horaire et de se concentrer sur les résultats pour établir les principales priorités, en laissant tomber certaines exigences supplémentaires lorsqu’ils ont besoin de répit. Quelle que soit la forme que prend cette flexibilité, elle doit favoriser l’équilibre chez les employés, ce qui permettra de réduire leur niveau de stress excessif.

« Si nous manquons d’énergie, nous ne pouvons pas offrir un rendement aussi élevé qu’à l’habitude », souligne Mme Horvath. « Des conditions de travail flexibles peuvent donner un sérieux coup de pouce aux employés qui cherchent à trouver un équilibre dans leur vie et à améliorer leur bien-être mental au travail et à la maison. »

Des conseils pour toutes les saisons
Même si le guide est conçu dans une optique hivernale, les recommandations et les ressources qu’il contient s’appliquent toute l’année. Les conseils pour aider les employeurs à communiquer avec empathie, à offrir le type de soutien requis et à élaborer des stratégies d’adaptation continueront de les servir longtemps après le dégel.

Et à Mme Horvath de renchérir : « En prenant dès aujourd’hui les dispositions pour créer des milieux de travail axés sur le soutien, les employeurs contribueront à forger une main-d’œuvre qui sera en meilleure santé et plus résiliente à l’avenir. »

Avec ces précieux conseils, il n’y a aucune raison pour que la santé mentale des travailleurs en prenne pour son rhume cet hiver.