Soutenir la santé mentale des travailleurs de la santé pendant la pandémie de COVID-19

« Les travailleurs de la santé ont toujours été des héros à mes yeux », dit Louise Bradley, présidente-directrice générale de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), qui est elle-même infirmière autorisée et ancienne administratrice d’hôpital. « Mais lorsqu’une crise d’une ampleur aussi phénoménale que celle de la COVID-19 éclate, nous en demandons encore davantage à une main-d’œuvre déjà débordée. »

Ed Mantler, vice-président des Programmes et priorités à la CSMC, est du même avis. « Avant la pandémie, 40 pour cent des médecins et des infirmiers et infirmières étaient déjà à des niveaux avancés d’épuisement professionnel. Nous travaillions donc déjà très fort pour créer une suite de modules de formation et de ressources pour soutenir le bien-être mental de cette main-d’œuvre essentielle. »

Maintenant, ces outils sont plus pertinents et importants que jamais.

« Nous savons que les répercussions psychologiques d’une pandémie peuvent engendrer des conséquences sérieuses pour les travailleurs de la santé », affirme Mme Bradley, qui cite une étude qui estime que 29 à 35 % de ces travailleurs ont vécu un haut niveau de détresse pendant l’éclosion de SRAS qui a eu lieu dans un hôpital de Toronto. Une étude similaire menée auprès du personnel médical à Taiwan a montré que 93,5 % d’entre eux considéraient l’épidémie de SRAS comme une expérience traumatisante.

Heureusement, les travailleurs de la santé n’ont pas à porter ce fardeau sur leurs seules épaules. Un éventail de ressources en santé mentale sont désormais disponibles pour stimuler leur résilience et pour accroître leur bien-être.

Le Centre de Toxicomanie et de santé mentale, par exemple, offre un carrefour de ressources spécialement destiné aux travailleurs de la santé pendant la pandémie de COVID-19 qui fournit des conseils et des vidéos utiles, ainsi que des liens vers des ressources de soutien externes.

La CSMC élabore depuis plusieurs années diverses ressources en santé mentale destinées aux travailleurs de la santé, incluant une série de webinaires publiée récemment qui porte sur les autosoins pour les travailleurs et qui fournit des conseils aux dirigeants de la santé durant la COVID-19.

« Il est important d’être conscients que le domaine des soins de santé est un domaine exigeant, et que plusieurs des problèmes de santé mentale auxquels font actuellement face les travailleurs de la santé ne disparaîtront pas avec la fin de la pandémie », dit Mme Bradley. Elle presse les organismes de soins de santé d’utiliser des mesures éducatives proactives destinées aux travailleurs, comme des affiches comme celle-ci pour rappeler aux travailleurs de quelle manière ils peuvent contrôler leur anxiété et leur consommation de substances.

Pour M. Mantler, « bien que les ressources offertes aux fournisseurs individuels soient importantes, l’amélioration du bien-être mental passe également par la transformation d’une culture au sein de laquelle le stoïcisme est la norme depuis beaucoup trop longtemps ».

Souvent, pour améliorer quelque chose, il faut d’abord l’évaluer. Prendre soin des travailleurs de la santé — Outils d’évaluation est une ressource utile pour le faire. Elle explore une gamme de facteurs psychosociaux pour aider les organismes de soins de santé à déterminer les secteurs vulnérables et à prendre les mesures nécessaires pour améliorer la santé et la sécurité psychologiques.

Pour implanter une culture de bien-être mental, il faut aussi une bonne dose d’engagement. Un bon moyen de comprendre ce qu’une organisation fait de bien et ce qu’elle peut améliorer est la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail (la Norme), un cadre qui fournit des lignes directrices exhaustives pour promouvoir la bonne santé mentale en milieu de travail. click_to_tweet

« Il y a plusieurs années, j’ai été embauchée pour diriger un grand hôpital universitaire », se souvient Mme Bradley. « Au départ, j’avais l’impression que je ne possédais pas les compétences requises pour mener cette mission à bien. Mais j’ai vite compris que je n’étais pas là pour dire aux experts médicaux comment faire leur travail. On m’avait plutôt embauchée pour transformer la culture organisationnelle au sein de laquelle ils travaillaient. »

Afin d’aider à orienter la mise en œuvre de la Norme dans un contexte de soins de santé, la CSMC a participé à l’élaboration de la Trousse d’outils Prendre soin des travailleurs de la santé, qui comprend des témoignages d’organismes de soins de santé qui ont adopté la Norme et près de 40 outils pratiques pour aider les organisations à la mettre en place.

Pour plus d’outils et de ressources sur les soins de santé de la CSMC, veuillez consulter notre liste complète.

Pour Louise Bradley, les efforts pour soutenir les travailleurs de la santé ont commencé bien avant la pandémie de COVID-19, et ils se poursuivront longtemps après la fin de celle-ci. « Lorsque les masques tomberont et que le monde ouvrira à nouveau, les travailleurs de la santé continueront à être des héros, et ils mériteront toujours autant d’avoir tout notre soutien. »