Un rapport suite au forum arc-en-ciel

Célébrer la diversité des identités 2SLGBTQ+ est devenu synonyme des manifestations de la fierté partout au pays. Et tandis que les accoutrements et les drapeaux aux multiples couleurs évoquent l’inclusion et célèbrent la singularité des individus, le fait est que les communautés 2SLGBTQ+ rapportent toujours se sentir marginalisées, en particulier dans les environnements de soins de santé. 

En réponse à cela, la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) a initié un partenariat avec la Jeunesse au cœur de l’action (JCA), un groupe spécialisé dans l’amélioration de la santé mentale des enfants et des jeunes vulnérables à travers le partage de connaissances, afin de mieux comprendre les besoins, les souhaits et les expériences de ces jeunes.

Nouvellement publié, le Rapport du forum sur la santé de la jeunesse arc-en-ciel se vante de ses précieuses retombées pour les fournisseurs de soins de santé qui souhaitent mieux comprendre les besoins des adultes émergents 2SLGBTQ+. Le rapport est également un véritable chef-d'œuvre pour l’organisation d’événements qui visent à accueillir et à inclure toutes les identités.

« Du fait de la nature même de notre travail, la CSMC a la responsabilité de faire preuve de leadership, non pas uniquement dans la nature du travail que nous avons choisi de faire, mais aussi dans la manière dont nous faisons ce travail, » explique Ed Mantler, vice-président, Programmes et priorités à la CSMC.  « Souvent, cela signifie faire équipe avec un partenaire et apprendre de son expérience, et c’est précisément la raison pour laquelle nous nous sommes tournés vers la Jeunesse au cœur de l’action. »

Le forum arc-en-ciel a été conçu de sorte à ce qu’il soit inclusif dès le départ. En partant d’un processus de recrutement des participants qui visait la plus large représentation possible, jusqu’à la tenue d’un événement de deux jours à Ottawa soigneusement orchestré, le but premier était d’élaborer un programme avec lequel tout le monde se sentirait accueilli, écouté et surtout, en sécurité.

« Pour vous faire une véritable idée des types d’obstacles auxquels les personnes 2SLGBTQ+ sont confrontées dans le secteur de la santé, il nous faut entendre les récits de leurs expériences. Mais pour une écoute efficace, nous devons faire attention au fait que trop souvent elles sont stigmatisées, repoussées, négligées ou blessées par un système qui n’accepte pas pleinement la vérité quant à leurs identités et expériences, » fait remarquer M. Mantler, qui est également fier de la série vidéo produite qui accompagne le rapport. 

Le rapport lui-même, qui détaille les principes ayant guidé la tenue de l’événement, explique le format de présentation accrocheur, présente les détails des conversations World Café, ainsi que les affiches avec les illustrations qui dépeignaient les réponses des participants, peut servir de guide de référence pour toute personne souhaitant organiser un forum semblable. Quant aux vidéos, elles sont des témoignages directs et éloquents de l’expérience des personnes 2SLGBTQ+.

Les thèmes de discussion lors du forum allaient des lacunes des fournisseurs de soins en matière de formation sur les pratiques anti-oppressives et de connaissances sur les traumatismes, au besoin de collaboration patient-fournisseur, au fait de s’assurer que les jeunes se sentent écoutés et peuvent contribuer significativement à leur propre expérience en matière de soins. Insécurité économique, habilement introduit, le thème de la « pauvreté et ses camarades » a été débattu avec une sensibilité naturelle, vu qu’un grand nombre de participants avaient laissé entendre que le manque d’emploi était un des plus grands obstacles à leur pleine participation à la vie de la communauté.

Le groupe a lancé un appel pour une plus grande sensibilisation des fournisseurs de soins de santé, et pour un système de soins de santé réceptif aux besoins croisés des individus, avec un accent mis sur l’intervention précoce.

« Ce n’est pas du jour au lendemain que nous allons transformer le monde, » concède M. Mantler. « Mais en partenariat avec la Jeunesse au cœur de l’action, une plateforme nous est donnée pour faire résonner l’écho des voix sous-représentées, et nous avons aussi conçu un format pour impliquer les groupes qui se sentent possiblement marginalisés par les grandes organisations. »