De la Commission de la santé mentale du Canada

Avec le début officiel de campagne électorale, la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) lance un défi à tous les partis politiques, celui de mener des débats respectueux et fondés sur les faits autour de la santé mentale afin de répondre aux besoins urgents des 7,5 millions de Canadiennes et de Canadiens qui vivent avec une maladie mentale.

Le langage utilisé lors de ces débats est tout aussi important que les débats eux-mêmes. C’est la raison pour laquelle la CSMC publie aujourd’hui des ressources afin d’aider les candidats et les leaders dans leurs discussions avec les électeurs, que ce soit sur le pas de leurs portes, durant les rassemblements publics ou pendant les débats. Un guide a également été transmis aux rédactions de partout au pays dans le but d’aider les journalistes à couvrir les questions de santé mentale au cours de la campagne. 

« Malgré les progrès que nous avons enregistrés en tant que pays en plaçant le sujet de la santé mentale sous les projecteurs, beaucoup trop de conversations reposent encore sur des stéréotypes inutiles et stigmatisants, » a affirmé Louise Bradley, présidente et directrice générale de la CSMC. « Lorsqu’ils parlent de la santé mentale, tous les partis, les candidats et le public doivent se rappeler que le choix des mots est important. Nous savons que la stigmatisation coûte des vies et nous devons nous poser le défi de l’éradiquer. »

Trop souvent, les Canadiennes et les Canadiens qui vivent avec des problèmes de santé mentale renoncent à rechercher de l’aide par peur d’être étiquetés, humiliés ou rejetés. Celles et ceux qui s’identifient comme tels ont souvent trop de mal à accéder simplement au traitement. Dans certains cas, ils doivent attendre jusqu’à 18 mois au moins pour obtenir l’aide dont ils ont besoin.

Nous ne pouvons plus nous permettre de traiter les questions de santé physique et les questions de santé mentale comme des problèmes séparés l’un de l’autre. Avec un coût de 50 milliards de dollars à l’économie canadienne chaque année et beaucoup trop de vies perdues chaque jour, le temps est venu de recentrer l’attention nationale sur ces questions importantes.

« Malgré les récents investissements qui y ont été faits, cela prendra une audacieuse combinaison de financements supplémentaires, d’innovations et de réformes du système non seulement pour rattraper les décennies de manquements dans ces domaines, mais aussi pour s’assurer que l’accès aux soins de santé mentale et aux soins de santé physique reçoive la même priorité, » a affirmé Mme Bradley. « Avec des vies perdues chaque jour, le gouvernement peut et doit prendre les devants. »

En tant qu’agence fédérale et indépendante, dont le mandat consiste à donner une perspective nationale sur la santé mentale, la CSMC est impatiente de travailler avec les parlementaires pour mener cette réforme due de longue date et pour trouver des solutions qui feront une réelle différence pour les Canadiennes et les Canadiens dans le besoin.

Faits en bref:

  • Chaque jour au Canada, 11 personnes meurent par suicide.
  • Chaque semaine, 500 000 Canadiennes et Canadiens s’absentent du travail pour des raisons de maladie ou d’un problème associé à la santé mentale, et cette année 7,5 millions de personnes vivent avec une maladie mentale.
  • Chaque année, on estime que la maladie mentale coûte au moins la vertigineuse somme de 50 milliards de dollars à l'économie canadienne.
  • Les temps d’attente pour accéder aux traitements peuvent atteindre jusqu’à 18 mois dans certaines zones du pays.
  • 1,6 millions de Canadiennes et de Canadiens affirment que leurs besoins en soins de santé mentale ne sont que partiellement satisfaits, voire même pas satisfaits du tout.

Relations médiatiques
Commission de la santé mentale du Canada
Relations médiatiques
613-683-3748 / media@commissionsantementale.ca

Ressources portant sur les choix de mots
Le choix des mots est important
En-tête :Reportage et santé mentale

Restez branchés durant #elxn43
Suivez la CSMC sur Facebook
Suivez la CSMC sur Twitter
Suivez la CSMC sur LinkedIn
Suivez la CSMC sur Instagram