De la Commission de la santé mentale du Canada

Pendant trop longtemps, le fait de recevoir un diagnostic de maladie mentale rimait avec un sentiment de honte, de faiblesse, ou d'altérité. Cependant, depuis 1992, la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales (SSMM) contribue à lever le voile sur la stigmatisation que vivent les personnes aux prises avec une maladie mentale.

Lors de chaque campagne des visages des maladies mentales de la SSMM, que la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) est fière d’appuyer, un nouvel éclairage est mis sur ce que cela signifie de vivre dans une perspective de rétablissement, avec espoir et dignité. Les visages de cette année ne font pas exception — ils sont la preuve vivante que les maladies mentales peuvent être gérées d’une manière proactive avec les traitements et le soutien appropriés.

C’est pourquoi, maintenant plus que jamais, alors que de plus en plus de gens trouvent le courage de demander l’aide dont ils ont besoin et qu’ils méritent, nous devons changer nos façons de faire : ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un peu moins de belles paroles et d’un peu plus d’actions concrètes. Nous devons améliorer l’accès à des services qui sont trop insuffisants, surchargés et sous-financés — et nous devons innover. Notre pays est trop vaste, et notre population est trop éparpillée pour qu’il soit envisageable de construire une clinique à chaque coin de rue.

Mais rien ne nous oblige à nous soumettre à cette réalité.

Nous pouvons opter pour des solutions comme les soins par paliers 2.0, qui ont permis de réduire les temps d’attente pour les soins en santé mentale à Terre-Neuve-et-Labrador de 68 %. En offrant entre autres des séances uniques de counseling sans rendez-vous et un accès à des technologies et à des applications de cybersanté mentale, le Modèle de soins par paliers 2.0 met toutes les ressources disponibles à notre disposition. Le succès de ce modèle de soins est fondé sur l’idée selon laquelle les gens n’ont pas nécessairement toujours besoin de soins dispendieux fournis par des professionnels hautement qualifiés lorsqu’ils vivent de la détresse émotionnelle.

À mesure que d’autres provinces et territoires visionnaires mettront en œuvre des modèles semblables ou signaleront clairement leur intention de reproduire cette approche, nous risquons fort de voir l’accès aux services monter en flèche, rendant ainsi le plus bel hommage qui soit aux visages des maladies mentales qui ont partagé leur histoire dans le cadre de la SSMM, mais également à tous les autres visages des maladies mentales de partout au pays.

Louise Bradley, C.M.
Présidente-directrice générale de la Commission de la santé mentale du Canada

Personnes-ressources
Commission de la santé mentale du Canada, Relations avec les médias
613.683.3748 / media@commissionsantementale.ca

Restez branchés
Suivez la CSMC sur Facebook
Suivez la CSMC sur Twitter
Suivez la CSMC sur LinkedIn
Suivez la CSMC sur Instagram
Abonnez-vous à la CSMC sur YouTube


health_canada_wordmark_fr