De la Commission de la santé mentale du Canada

Au nom de la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), je félicite la ministre des Finances,
Chrystia Freeland, pour avoir brisé le plafond de verre en devenant la première femme à déposer un budget fédéral. À l’exemple de cette avancée majeure, il était tout indiqué que le thème de l’équité soit le fil conducteur des investissements de près d’un milliard de dollars consacrés à l’amélioration de la santé mentale de la population canadienne.

Une des mesures les plus notables est l’enveloppe de 45 millions de dollars qui sera accordée sur une période de deux ans à nos précieux partenaires, Santé Canada, l’Agence de la santé publique du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada, pour mettre au point des normes nationales en santé mentale. La CSMC, qui promeut déjà l’adoption de normes sur la sécurité psychologique dans les milieux de travail et dans les établissements postsecondaires, se tient prête à contribuer à cet important effort qui constitue une étape essentielle vers la création d’un système de soins plus équitable.

Elle salue également le gouvernement fédéral pour avoir accru le financement octroyé aux groupes en quête d’équité dans le but d’aplanir les obstacles aux soins. La COVID-19 a entraîné des répercussions disproportionnées sur la santé mentale des travailleurs de la santé, des employés de première ligne, des jeunes, des personnes âgées, des Autochtones ainsi que des populations africaines, caribéennes et noires (ACN). Avec l’allocation de 100 millions de dollars sur trois ans pour soutenir les interventions novatrices en santé mentale orientées vers ces groupes, le gouvernement prend des mesures de taille pour résorber ces iniquités.

Deux autres investissements méritent particulièrement d’être soulignés dans le contexte pandémique actuel : le premier, qui assure la disponibilité continue de l’Espace Mieux-être Canada, permettant ainsi à de nombreuses personnes d’obtenir des services de cybersanté mentale, notamment la psychothérapie virtuelle; et le deuxième, qui est destiné à la création d’une ligne d’écoute téléphonique pour la prévention du suicide, une mesure que la CSMC réclame depuis longtemps, de concert avec ses nombreux partenaires du secteur.

Si nous voulons émerger de cette pandémie avec détermination et résilience, nous devons promouvoir et protéger la santé mentale et le bien-être des habitants du Canada, tout en nous assurant que l’ensemble des investissements – et innovations – visent à favoriser l’équité. Au moment où la CSMC entreprend la mise en œuvre de son nouveau plan stratégique décennal, Répondre à l’appel, nous sommes encouragés de constater que bon nombre de nos priorités actuelles et ambitions futures sont reflétées dans un budget qui place le bien-être mental à l’avant-plan, tout en cherchant à améliorer les résultats de santé pour tout le monde.

Michel Rodrigue
Président et directeur général, Commission de la santé mentale du Canada

Relations médiatiques
Commission de la santé mentale du Canada
613-683-3748 / media@commissionsantementale.ca

Restez branchés
Suivez la CSMC sur Facebook
Suivez la CSMC sur Twitter
Suivez la CSMC sur LinkedIn
Suivez la CSMC sur Instagram
Abonnez-vous à la CSMC sur YouTube


health_canada_wordmark_fr