Ottawa, ON - La Commission de la santé mentale du Canada (la Commission) a rendu public aujourd’hui le résumé de son prochain rapport Faire un pas vers le futur : Bâtir un système de services en santé mentale et en toxicomanie adapté aux besoins des adultes émergents*.  Élaboré en collaboration avec une équipe de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO), le document fera le point sur l’état actuel des politiques et pratiques liées à la transition des enfants et des jeunes vers les services pour adultes en matière de santé mentale et de toxicomanie.

« Le rapport formule des recommandations en vue d’assurer la fluidité du continuum de services aux adultes émergents », a déclaré Louise Bradley, présidente-directrice générale de la Commission. « Cette fluidité est d'ailleurs préconisée dans Changer les orientations, changer des vies : Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada », a ajouté Mme Bradley.

Faire un pas vers l'avant explique de façon convaincante comment :

  • les adultes émergents constituent une population particulière dans le milieu plus large des services de santé mentale pour enfants et pour jeunes; 
  • les politiques de transition pourraient s'inspirer des meilleures pratiques et des politiques axées sur les preuves en usage à l'échelon international, provincial et territorial;
  • les nouvelles politiques à l'échelon provincial, territorial et régional favoriseront la prestation de services pour adultes émergents. 

Par la publication de Faire un pas vers l'avant, la Commission ainsi que le CHEO alimentent la conversation de plus en plus animée qui a cours dans tous les coins du Canada sur la transition des enfants et des jeunes vers les services pour adultes en matière de santé mentale et de toxicomanie. Voici les propos tenus à cet égard par Simon Davidson, Jenny Carver et Mario Cappelli, principaux chercheurs du CHEO participant à cette initiative : « En forgeant un partenariat avec la Commission en vue de la mise en œuvre de cette très importante initiative s'adressant aux adultes émergents confrontés à des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, notre objectif est d'inciter tous les paliers de gouvernement à adopter des changements significatifs et globaux en matière de services et de politiques. Ce faisant, nous aiderons les jeunes adultes à concrétiser leur vision personnelle de la réussite et à devenir des citoyens canadiens confiants en eux-mêmes, résilients, satisfaits et productifs. »

La publication de la version intégrale de Faire un pas vers l'avant aura lieu en mai 2015 et sera suivie d'une conférence nationale visant à parvenir à un consensus sur le sujet des services pour adultes émergents. La conférence rassemblera des décideurs, des chercheurs, des organisations de la santé mentale, des cliniciens ainsi que des jeunes et leurs familles de partout au Canada. Son objectif consistera à favoriser l'élaboration d'une vision claire et précise de la façon dont Faire un pas vers l'avant et les stratégies provinciales et territoriales existantes faciliteront la prestation de services aux jeunes adultes et aux jeunes de façon générale, ainsi que l'émergence de politiques et de pratiques afférentes.

Le résumé peut être consulté en ligne ici.

-30-


À PROPOS DE LA COMMISSION DE LA SANTÉ MENTALE DU CANADA
La Commission se veut un moteur du changement. Elle collabore avec des partenaires pour changer l’attitude de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale et pour améliorer les services et le soutien. Elle entend aider les personnes confrontées à un problème de santé mentale à mener une vie productive et enrichissante. La Commission de la santé mentale du Canada est financée par Santé Canada. Ensemble, nous suscitons le changement.
www.commissionsantementale.ca

*« Le terme « adulte émergent » sert de plus en plus à décrire les jeunes et les jeunes adultes (de 16 à 25 ans). Ce terme souligne l'importance de la croissance et du développement ayant lieu au cours de cette période de vie. L'usage du terme « émergent » permet également de reconnaître le processus dynamique propre à cette période, plutôt que de désigner cette dernière en fonction d'un laps de temps imposé reposant sur l'âge chronologique. »

Personne-ressource pour les médias :  
Glenn Johnson, spécialiste des relations de presse
Commission de la santé mentale du Canada
Cellulaire : 1-613-683-3940
gjohnson@commissionsantementale.ca

Abonnez-vous à notre infolettre

Les vues exprimées aux présentes sont celles de la Commission de la santé mentale du Canada.
La production de ce document a été rendue possible grâce à la contribution financière de Santé Canada.